Victorian Fantasy, tome 2 : De velours et d’acier – Georgia Caldera

En tant que bêta lectrice de Georgia Caldera, j’ai eu la chance de pouvoir découvrir ce second tome en septembre 2015. Je suis très contente de pouvoir enfin vous donner mon avis.

Résumé (présentation de l’éditeur) :
Dans les Bas-fonds de Néo-Londonia, Léopoldine se bat depuis des années pour survivre. Lorsque le groupe auquel elle appartient maltraite un enfant, elle décide de se rebeller, quitte à affronter la colère de la Guilde des Voleurs. Dorénavant, elle ne laissera plus rien ni personne lui barrer la route.
Augustin, lui, a toujours mené une existence fastueuse et insouciante, résigné à subir en parallèle l’écrasante emprise de sa mère, la Reine Victoria au règne sans fin. Mais il tombe de haut quand, pour la première fois, il refuse de se conformer à ses plans aussi tortueux que mystérieux. Car, s’il est un prince dont la fonction n’est que titre, c’est lui. Le jeune homme devra résister et fuir pour s’affranchir du joug de la souveraine et embrasser sa destinée.
Une rencontre qui pourrait bien tout bouleverser… mais la liberté ne s’obtient jamais sans sacrifice.

Première phrase :
« Cette fois, c’était certain, il allait mourir. »

Nombre de pages :
Pygmalion : 809 pages

Mon avis :
C’est avec grand plaisir et impatience que j’ai retrouvé l’univers de cette saga. Si à la fin de Dentelle et Nécromancie, j’appréhendais de passer un tome entier en compagnie du Prince Augustin mon avis a totalement changé. Et oui, Georgia Caldera est toujours aussi douée pour nous faire ressentir des sentiments ambivalents pour ses personnages.

Bien qu’il s’agisse d’un second tome, il n’est pas essentiel d’avoir lu le précédent pour comprendre l’histoire. En effet, ce roman se passe dans le même univers mais il a une histoire propre. Certes, il y a des références à ce qui s’est passé précédemment mais cela n’empêche pas de saisir les tenants et aboutissements.
Pour ceux et celles qui poursuivent l’aventure, vous repérerez peut-être au fur et à mesure à quel moment ce tome-ci se déroule. Ouvrez bien les yeux.

Souvenez-vous, Augustin est un personnage imbu de sa personne et désagréable au possible… Pourtant, le destin lui réserve une belle surprise : Victoria, sa mère et reine de Néo-Britania ne lui souhaite pas que du bonheur. Non, je ne vous en dirais pas plus… Au fur et à mesure de l’histoire, on découvre un nouvel Augustin. Je me suis réellement attachée à ce personnage, que je détestais. J’ai parfois eu pitié pour lui et à d’autres moments j’ai été fière de lui. Evidemment, il m’a quelques fois énervé mais quoi de plus normal lorsque c’est Georgia Caldera qui crée le personnage ? J’ai beaucoup aimé son évolution, on le voit changer peu à peu au fil des épreuves qu’il vit.
Léopoldine, le personnage féminin, est très secrète. On apprend peu à peu à la connaître mais il faut pratiquement attendre la fin du roman pour savoir réellement qui elle est. A la fin de ma lecture, je peux vous dire que j’apprécie ce personnage. Pendant la lecture, la réponse n’aurait pas toujours été la même. Elle m’a très souvent agacé. Son comportement indécis, notamment avec Augustin m’a souvent donné envie de lui mettre des claques, de lui dire de prendre une décision. D’un autre côté, ce fonctionnement est tellement réaliste que l’on peut se mettre à sa place. Parallèlement, Léopoldine est une jeune fille forte qui cache son manque de confiance en elle derrière un langage parfois vulgaire, derrière un comportement parfois trop violent et trop brusque. D’une certaine façon, elle est très attachante.
D’autres personnages sont importants dans ce livre mais je ne vous en parlerais pas. En effet, ces derniers apportent un plus à l’histoire, ils apportent une part de mystère, très perturbante mais qui prend forme une fois la lecture terminée. Attendez-vous à être surpris…

Le point central de ce livre c’est la romance, le début d’une histoire d’amour. Les personnages ap-prennent à se connaître, à s’aimer, à se détester… L’auteure permet à Augustin et Léopoldine de prendre leur temps. J’ai vraiment apprécié ce choix de Georgia Caldera. C’est tellement rare que les auteurs donnent ce temps à leurs personnages. Alors évidemment, ça a un côté frustrant pour le lec-teur mais même si on râle, on adore ça.

Je reviens rapidement sur l’univers de cette saga. Dans le précédent tome, je n’avais pas spéciale-ment accordé d’importance à celui-ci. Cette fois, il a totalement sa place dans l’histoire. C’est même un personnage à part entière. Tout au long de ma lecture, je me suis questionnée sur différents points, j’ai souvent été énervée par l’auteure qui me laissait trop dans le flou. J’ai beaucoup divagué mais j’ai trouvé quelques bonnes réponses, j’en ai découverte d’autres… Il me reste encore plusieurs questions notamment par rapport à certains personnages, quelle est leur place… mais je suis sûre que je finirais par obtenir les réponses tant attendues.

En bref :
Une histoire passionnante qui a su me tenir en haleine du début à la fin. Des personnages mystérieux, les retrouvailles avec d’anciens personnages, des secrets… tout est réuni pour passer un agréable moment.
Si à la fin du premier tome, j’avais deviné l’identité d’un des personnages principaux, ce n’est pas le cas ici. Georgia Caldera se laisse la possibilité de poursuivre avec deux personnages différents. J’ai ma préférence, bien évidemment, mais attendons de voir.

Le moins :
Je n’en ai pas. Ce livre est un véritable coup de cœur.

Le plus :
Georgia Caldera donne la possibilité à ces deux personnages principaux de prendre le temps de se connaître, de s’apprivoiser avant de décider de leur avenir commun ou non.

L’auteure (présentation de l’éditeur) :

Auteure et illustratrice, Georgia Caldera s’est fait connaître avec la série fantastique, Les Larmes rouges, dont le premier volet a reçu le prestigieux prix Merlin. Elle est également l’auteur de Hors de portée et Victorian Fantasy, tous deux salués par le public.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller faire un tour sur :
son blog
sa chaîne Youtube
sa page Facebook
son profil Facebook
son profil Google +
son instagram
son site internet

La maison d’édition :

Fondées en 1975 par Gérard Watelet, les éditions Pygmalion ont été transformées en département des éditions Flammarion en 2003. Leur vocation demeure la publication d’ouvrages de qualité propres à toucher un large public.
Leurs nombreuses collections peuvent être regroupées en trois secteurs principaux :
Le domaine historique. Le catalogue est notamment riche en biographies. Pygmalion est ainsi le seul éditeur à proposer les « vies » d’une cinquantaine de souverains, regroupées dans les deux séries : Les Rois qui ont fait la France de Georges Bordonove et Histoire des rois de France d’Ivan Gobry. Les complètent des biographies relatives aux principales reines de France, signées par des historiens confirmés comme Philippe Delorme, Anne Bernet, etc. Le catalogue propose en outre des monographies sur les maréchaux de Napoléon, les hommes d’Etat importants ainsi que des études portant sur de grands événements tels la Seconde Guerre mondiale dont Pierre Montagnon est un spécialiste, les guerres coloniales, ou encore sur l’histoire des institutions françaises.
S’y ajoutent des monographies de femmes de lettres, favorites royales et souveraines étrangères.
Enfin, des collections de haut niveau s’adressent aux amateurs d’histoire ancienne ; deux d’entre elles sont consacrées à l’Egypte antique : l’une rassemble des études constituant une Bibliothèque de l’Egypte ancienne, l’autre étudie Les Grands Pharaons, en marge de laquelle se placent deux ouvrages fondamentaux de Christiane Desroches Noblecourt, Ramsès II, la véritable histoire et La Reine mystérieuse Hatshepsout.
Les romans qui offrent une large gamme d’œuvres littéraires qui s’adressent également à un large public. On trouve : des romans historiques fondés sur de grands moments de l’histoire mondiale et prenant appui sur des faits réels qui permettent de s’instruire en même temps que de se distraire ;
des ouvrages de fantasy où brille particulièrement le nom de Robin Hobb, l’auteur des séries L’Assassin royal, Les Aventuriers de la mer et Le Soldat chamane, mais aussi celui de George R.R. Martin, auteur de la série Le Trône de Fer dont le premier tome est paru en 1998;
des policiers ou des « suspenses » ; des romans dont l’intrigue se passe de nos jours.
Des témoignages, des enquêtes et des documents, certains sont liés au passé, comme les investigations conduites autour de grandes énigmes (Jean Markale, Graham Hancock, Henri Lincoln…), les relations d’événements survenus au cours des guerres mondiales et coloniales (Jean-Pax Méfret, Thierry Nélias…) ; d’autres ont trait à l’histoire de notre temps comme dans la collection La Véritable, consacrée aux femmes célèbres du XXe siècle (comédiennes, actrices, reines ou princesses…). Beaucoup sont signés par Bertrand Meyer-Stabley. Certaines, enfin, portent sur l’histoire du cinéma, des arts du théâtre et de la musique et constituent des ouvrages de référence (Constantin Stanislavsky, Michael Chekhov, Jean-Laurent Cochet…).
Enfin, les éditions Pygmalion publient la collection Chemins d’Eternité, dirigée par Olivier Germain-Thomas, consacrée à de grandes figures de la spiritualité mondiale (Jésus, Mahomet, Confucius, Bouddha…).

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :
la chaîne Youtube
la page Facebook
le profil Instagram
le site internet
le twitter

Pour découvrir d’autres avis sur ce livre, je vous donne rendez-vous chez :

Merci à Georgia Caldera pour sa confiance et l’intérêt qu’elle porte à mon blog.

Advertisements

7 réflexions sur “Victorian Fantasy, tome 2 : De velours et d’acier – Georgia Caldera

  1. Pingback: Récap’ de la semaine – 13 mars 2017 au 19 mars 2017 | Les lectures de Blandine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s