Boys don’t cry – Malorie Blackman

J’avais beaucoup entendu parler de Malorie Blackman mais je n’avais jamais passé le cap de la lecture. J’ai profité qu’une amie m’ai passé le ebook pour enfin découvrir cette auteure.

Boys don't cry

Résumé (présentation de l’éditeur) :
Que feriez-vous si vous aviez 17 ans et que votre ex-copine vous amenait un bébé en vous disant qu’il est de vous et que vous devez vous débrouiller avec lui ? C’est ce que va découvrir Dante.

Première phrase :
« Bonne chance pour aujourd’hui. »

Nombre de pages :
Macadam : 224 pages

Mon avis :
J’aime découvrir un roman lors de sa lecture. Ainsi, lorsque j’ai commencé ce livre, je ne savais absolument pas à quoi m’attendre.
C’est avec grand plaisir que j’ai découvert les trois thèmes prédominants de cette histoire : les relations familiales, l’homosexualité, être parent à l’adolescence. Il faut dire que ce sont trois sujets qui me plaisent donc dès le début je partais avec l’espoir de passer un agréable moment de lecture.

Nous suivons le quotidien de Adam et Dante, deux frères qui vivent avec leur père depuis la mort de leur mère. C’est Dante qui est le personnage principal mais nous découvrons aussi certains passages de la vie de Adam.
Alors que le premier attend patiemment ses résultats, une ex-petite amie débarque dans sa vie avec une petite fille. Surprise, c’est sa fille. Ca ne s’arrête pas là puisque Mélanie va disparaître et laisser à Dante, Emma, sa fille d’à peine un an. Nous suivons alors le quotidien de ce jeune homme qui va apprendre peu à peu à devenir père avec le soutien du sien.
De son côté, Adam est un jeune homme sûr de lui. Il sait ce qu’il veut faire dans la vie : acteur. Il sait qu’il est homosexuel et il ne compte pas le cacher. Cela va lui apporter quelques ennuis qui vont remettre en question sa vie…
J’ai été étonnée par le fait qu’il n’y ait aucun personnage féminin important dans ce livre. Evidemment, il y a quelques femmes dans ce livre mais elles ont toutes un rôle secondaire. Je trouvais que c’était un fait assez rare pour être nommé.

Je crois que dans cette histoire, les personnages ne sont pas les plus importants. Le plus important c’est ce qu’ils vivent, comment ils rebondissent, comment ils réagissent… Alors bien sûr, je me suis attachée à ses deux jeunes garçons qui vont tous les deux vivre un choc mais le fait de savoir assez peu de choses sur eux permet de les rendre anonymes et donc de voir que leurs histoires peuvent-être celles de n’importe qui.

Malorie Blackman a su raconter leur quotidien avec beaucoup de justesse et de réalisme. J’ai pris peur lors de l’arrivée de l’assistante sociale qui bien évidemment était la méchante qui allait enlever Emma à son papa. Heureusement, lors de la deuxième rencontre tout s’est arrangé. Finalement, ce n’était que la vision de Dante et pas le comportement de la professionnelle.

En bref :
Une lecture émouvante qui aborde avec réalisme les difficultés que peuvent rencontrer les homosexuels et les parents adolescents. Une histoire qui sonne juste.

Le moins :
Ce livre est trop court, j’aurais aimé continuer à partager la vie de cette famille.

Le plus :
L’anonymat des personnages qui permettent de montrer que cette histoire peut arriver à chacun d’entre nous et pas seulement à Dante et Adam.

L’auteure (présentation de l’éditeur) :
Malorie Blackman
Malorie Blackman est née à Londres en 1962. D’abord ingénieur informatique, elle vit rapidement de sa plume à la suite du succès de son premier roman. Hacker rafle à sa sortie, en 1994, les principaux prix de littérature jeunesse en Angleterre.
Grâce à sa série Entre chiens et loups, elle est devenue un auteur majeur de littérature jeunesse en Angleterre.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller faire un tour sur :
sa page Facebook (en anglais)
son site internet (en anglais)

La maison d’édition :
Edition macadam
La collection « Macadam » chérit l’impertinence, en sollicitant les facultés de penser, l’esprit critique et l’imaginaire du lecteur à travers une variété de genres, de thèmes et de tons.
Depuis bientôt 10 ans, « Macadam » s’est imposée, portée par des voix de la littérature internationale et depuis peu de la littérature française. De Malorie Blackman à Anne Cassidy, en passant par Bernard Friot, Scott Westerfeld, et bien d’autres encore : tous sont à l’image de l’exigence que nous mettons à choisir les textes, pour mieux accompagner les lecteurs dans leur découverte de la littérature, mais aussi du monde et de la vie.
La puissance des textes, les émotions qu’ils véhiculent en font des médiateurs privilégiés contre le prêt-à-penser.
Car, lire, c’est avant tout vivre le fantasme d’être un autre, tout simplement.
Apprendre à connaître l’autre et mieux se découvrir soi-même.
« Macadam » prend des risques pour des voix littéraires capables de chahuter le lecteur et de l’emmener loin, très loin, dans le plaisir de lire.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :
le blog
la page Facebook
le site internet

Pour découvrir d’autres avis sur ce livre, je vous donne rendez-vous chez :

D'autres avis

Booknode

babelio

Publicités

4 réflexions sur “Boys don’t cry – Malorie Blackman

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s