Réflexion du Jeudi – Les accréditations presse

Voilà quelque temps déjà que j’avais envie de vous parler d’un autre avantage (en plus des services presse et partenariats) d’être blogueuse : la possibilité d’obtenir des accréditations presse lors d’événements livresques. L’approche de Livre Paris est l’occasion pour moi de vous en parler.

Pour ceux et celles qui ne savent pas ce que c’est une accréditation presse, en voici une rapide définition. C’est tout simplement la possibilité d’accéder gratuitement à un événement livresque en tant que blogueuse tout comme peuvent le faire les journalistes.
Personnellement, je trouve ça très glorifiant, je trouve que c’est une façon de reconnaître le travail que l’on fournit pour alimenter le blog. Cela permet aussi de faire des économies et ainsi dépenser plus d’argent dans l’achat de livres lors de l’événement. Ainsi dès qu’il est possible d’en obtenir une, je fais sans hésiter une demande. C’est ainsi qu’en 2015 et 2016, j’ai pu aller au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse mais aussi qu’en 2014, j’ai pu aller au Salon du Livre de Paris (devenu Livre Paris depuis l’an dernier).

Malheureusement, depuis plusieurs années crise économique oblige, les accréditations presse sont de plus en plus difficiles à obtenir. Les conditions ne serait-ce que pour pouvoir en faire la demande sont inabordables pour un petit blog comme le mien. Par exemple, cette année pour pouvoir faire la demande pour Livre Paris, il faut soit 2500 visiteurs uniques par mois soit 5000 abonnés sur les réseaux sociaux…

Avez-vous déjà obtenu des accréditations presse ? Que pensez-vous de ce procédé et des conditions pour les obtenir ? N’hésitez pas à venir échanger avec moi à ce sujet dans les commentaires.

Réflexion du Jeudi – Les projets participatifs

Depuis quelques années maintenant, nous avons vu fleurir les projets participatifs sur internet. Si mes souvenirs sont bons, ça a principalement commencé avec la musique pour se tourner ensuite vers le cinéma et aujourd’hui vers la lecture. Il est aussi possible de faire appel à ce système pour se lancer dans une nouvelle aventure professionnelle afin de nous aider à financer l’ouverture de notre propre entreprise.

C’est quoi un projet participatif ?
Il s’agit tout simplement d’une cagnotte à laquelle tout un chacun peut participer selon ses moyens afin de financer un projet. En échange de la participation financière, on peut recevoir une contrepartie plus ou moins intéressante selon les projets.

Pourquoi est-ce que je vous parle de ça ?
Depuis plusieurs mois, je reçois régulièrement via Facebook des demandes afin de participer au financement de la publication d’un livre. J’imagine que je ne suis pas la seule… Je me suis alors demandé ce que vous vous en pensiez ?

Personnellement, je ne suis pas contre ce type de financement mais pas pour tout et n’importe quoi… Est-ce que je serais prête à participer à la publication d’un livre ? Sincèrement non. Je pars du principe que si le livre en vaut vraiment le coup, l’auteur finira par se faire remarquer par une maison d’édition et donc pourra être édité. Surtout que maintenant avec le numérique, il semblerait qu’il soit très facile de publier son livre en format ebook sur de nombreuses plateformes.
De même pour les demandes d’argent pour soutenir une chaîne Youtube ou encore un blog. Même si j’apprécie beaucoup de suivre la personne qui le demande, je n’ai pas les moyens de mettre de l’argent dans une telle entreprise. Et puis, je pars du principe que soit ça reste une passion et donc on se débrouille avec ce que l’on a soit ça devient un emploi et dans ce cas on fait avec les moyens du bord pour se développer.
Par contre, je pense que si je trouvais un projet d’ouverture d’une entreprise par chez moi qui m’intéresserait, je pourrais, peut-être, participer à minima pour en profiter une fois que ça sera ouvert. Je pense notamment à l’ouverture de librairies innovantes, de lieux dédiés à la lecture… Jusqu’à maintenant ce genre de choses n’est pas arrivé par chez moi donc ma réaction sera peut-être différente.

Nous sommes dans une société où on passe notre temps à nous demander de donner : de l’argent, des produits, des aliments… Tout est bon pour que l’on ne soit pas égoïste… Mais à force d’être toujours sollicité, on finit par ne plus avoir envie ne serait-ce de regarder de quoi il s’agit.

N’hésitez pas à me donner votre avis concernant ces projets participatifs : avez-vous déjà été à l’origine d’un tel projet ? Avez-vous déjà participé ? Pensez-vous participer un jour ?…

Réflexion du Jeudi – Etre bénévole en bibliothèque

Depuis quelque temps déjà, j’avais envie de faire du bénévolat au sein d’une bibliothèque. Lors de ma décision de m’inscrire au concours d’adjoint du patrimoine j’ai aussi pris celle de faire du bénévolat afin d’avoir un apport pratique.

Comment j’ai choisi la bibliothèque :
J’ai commencé par du repérage sur internet concernant les bibliothèques pas trop éloignées de chez moi puis en fonction des horaires d’ouverture et de mes disponibilités. Pour terminer, j’ai sélectionné les deux bibliothèques qui me semblaient les plus cosy et attirantes visuellement.
Armée d’un CV et d’une lettre de motivation, je me suis rendue dans l’une d’elle. J’ai pu échanger avec la bibliothécaire en charge de l’établissement. Elle semblait intéressée par mon profil mais devait en parler avec la Présidente des bénévoles.
Lors d’un entretien en présence des deux femmes, nous avons échangé sur notre passion commune, sur mon rôle dans la bibliothèque, sur ce que je pouvais apporter… Et voilà, c’était chose faîte me voilà devenue bénévole dans une bibliothèque.

Les conditions pour être bénévole :
Etre bénévole dans cette bibliothèque demande d’être adhérant à celle-ci, comme ça, il est possible d’emprunter des livres. Il faut aussi cotiser à l’association, quoi de plus normal ? Il faut aussi être présent au minimum deux heures par semaine, je remplis cette condition chaque mercredi de 14h30 à 17h.

En quoi consiste mon rôle de bénévole ?
La bibliothèque où je fais du bénévolat laisse une grande place aux bénévoles ce qui est vraiment génial. Ainsi, je participe au rangement des livres, aux prêts, au choix des livres achetés… C’est aussi l’occasion d’échanger avec les lecteurs mais aussi avec les autres bénévoles et les agents de la bibliothèque. Evidemment, c’est un grand lieu de tentation, c’est pourquoi chaque mois, un livre de la bibliothèque fait partie de ma PALM.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas.

Avez-vous déjà pensé à être bénévole dans une bibliothèque ? L’êtes-vous ?

Réflexion du Jeudi – Communautés de lecteurs et réseaux sociaux

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler des communautés de lecteurs et des réseaux sociaux. Ca fait un petit moment que je souhaitais aborder ce sujet. J’y pense ce mois-ci car j’ai croisé plusieurs blogueuses au Salon du Livre et la Presse Jeunesse, le weekend dernier. Pour la majorité de ces personnes, j’ai fait leur connaissance via les communautés de lecteurs et les réseaux sociaux.

Les communautés de lecteurs et les réseaux sociaux sont donc un moyen pour découvrir de nouveaux lecteurs mais c’est aussi un moyen pour faire la publicité de notre blog. Soyons honnête, si on souhaite que le blog soit visité, il faut en parler quoi de mieux que les communautés de lecteurs et les réseaux sociaux ?

Les communautés de lecteurs :
Elles sont de plus en plus nombreuses, de nouvelles apparaissent régulièrement sur la toile. Généralement, elles se complètent entre elles.
Pour ma part, j’ai découvert cet univers grâce à Booknode. C’est un site que j’apprécie notamment pour l’annonce des sorties et ses suggestions en fonction des précédents livres lus. Je l’utilise bien sûr aussi pour partager mon avis sur mes lectures même si je trouve dommage qu’il ne soit pas possible de mettre un lien vers la chronique du blog. Il m’arrive aussi parfois d’aller sur le forum lorsque le sujet m’intéresse.
La communauté de lecteurs sur laquelle j’ai passé vraiment beaucoup de temps c’est Livraddict. Ce site est vraiment très complet. Au début, j’ai beaucoup participé au forum, j’y ai d’ailleurs fait de superbes rencontres puis avec le temps, je me suis éloignée par manque de temps. Aujourd’hui, j’utilise ce site principalement pour sa bibliothèque virtuelle : Bibliomania. Elle est vraiment bien construite, elle permet de laisser un lien vers notre chronique mais aussi de laisser un bref commentaire. Ca serait vraiment génial qu’elle soit déclinée en application pour Androïd car je n’ai pas encore réussi à trouver une autre bibliothèque virtuelle aussi géniale. Je serais même prête à payer pour avoir l’application alors que jusqu’à maintenant j’ai toujours refusé de payer pour n’importe quelle application.
Babelio, une autre communauté de lecteurs, très sympathique mais que j’utilise uniquement pour partager mes chroniques.
J’ai rejoint, il y a quelques mois Hellocoton qui partage automatiquement mes articles et qui me permet de découvrir de nouveaux blogs.
My library online que j’ai découvert, il y a peu. Une communauté qui a l’air très sympa même si les échanges avec les autres membres restent assez rares. Il n’est pas non plus possible de mettre le lien vers la chronique mais uniquement un commentaire. Je ne sais pas si je vais continuer à l’utiliser mais pour le moment, je partage mes avis de lecture.

Il en existe d’autres comme Goodreads, que je n’utilise pas car elle est en anglais. L’anglais et moi, on n’est pas vraiment copain-copain.

Et vous sur quelles communautés de lecteurs êtes-vous ? Comment les utilisez-vous ?

Les réseaux sociaux :
Tout comme les communautés de lecteurs, ils sont très nombreux. En tant que blogueuse, je les utilise principalement pour annoncer les publications sur le blog mais aussi pour échanger avec d’autres lecteurs.
Il est évidemment impossible d’être présente autant sur tous les réseaux sociaux, je suis donc plus bavarde sur certains que sur d’autres…
Par exemples, sur Facebook, je suis vraiment très présente puisque chaque jour (ou presque), je vous fais un point lecture, je partage la publication du jour mais je viens aussi juste pour échanger avec vous. J’essaye aussi d’être présente sur Instagram en partageant avec vous des photos de ma lecture en cours, en partageant ma publication du jour (dommage qu’il ne soit pas possible de faire de lien vers l’article) mais aussi différentes photos en lien avec la lecture ou ma petite vie.
J’utilise aussi Google +, Twitter et Pinterest mais je me contente uniquement de partager ma publication du jour.

De votre côté, quel est votre rapport avec les réseaux sociaux ? Lesquels utilisez-vous ?

Réflexion du jeudi – Adjoint du patrimoine

Il y a bientôt deux mois, je vous annonçais  avoir reçu mes cours pour préparer le concours d’adjoint du patrimoine catégorie C. Je me suis rendue compte que plusieurs d’entre vous semblaient intéressés par ce concours. J’ai donc décidé de vous préparer plusieurs articles à ce sujet dans le cadre des réflexions du jeudi. Ainsi, aujourd’hui, je vais vous parler du métier d’adjoint du patrimoine. Dans les mois à venir, je vous parlerais de la préparation de l’épreuve écrite du concours, de mon bénévolat en bibliothèque, de l’épreuve écrite en elle-même et si j’ai la chance d’aller jusque-là, je vous parlerais aussi de la préparation de l’épreuve orale et de l’épreuve en elle-même.

Si j’ai choisi de me présenter au concours d’adjoint du patrimoine, c’est pour pouvoir travailler en bibliothèque mais il faut savoir que les adjoints du patrimoine ne sont pas seulement présents dans ces établissements. En effet, on les retrouve dans différents lieux culturels puisqu’ils dépendent de la catégorie C de la filière culturelle de la fonction publique territoriale. Ainsi avec le concours d’adjoint du patrimoine, il est possible de travailler en bibliothèque mais aussi aux archives en tant que magasinier, dans des musées ou autres monuments historiques, dans des établissements culturels et dans des parcs et jardins en tant que surveillants.
Au sein de ses établissements, l’adjoint du patrimoine a pour missions principales : la surveillance, la sécurité, le classement et les travaux administratifs. Il peut aussi être chargé de l’accueil et de l’animation. Je ne vous cache pas que ce sont ces deux dernières missions qui m’intéressent le plus.

Puisqu’il s’agit d’un métier de la fonction publique, il n’est possible de l’exercer qu’en passant et réussissant le concours (je vous parlerais comme dit plus haut ultérieurement de ce point). Pour autant, la réussite au concours ne signifie pas que l’on aura un poste. En effet, suite à l’obtention du concours, nous sommes inscrits sur une liste d’aptitude, nationale, pour une durée d’un an (que l’on peut renouveler deux fois). Cette liste permet aux employeurs de nous contacter. Une chose est sûre cela ne m’empêchera pas de postuler à chaque annonce correspondant au métier d’agent de bibliothèque ou s’y rapprochant.

Je pense que je vous ai tout dit. N’hésitez pas à apporter plus d’informations si vous en avez, dans les commentaires ou à poser vos questions.

Réflexion du Jeudi – Les dédicaces

Il y a une quinzaine de jours, je me suis rendue à deux salons livresques en deux jours : j’ai commencé avec Les aventuriales de Ménétroles le samedi puis j’ai terminé avec Plaisir de lire à Montluçon le dimanche (promis mes comptes rendus arrivent…). Je me suis alors interrogée sur les dédicaces…

Une fois n’est pas coutume, je vais commencer par vous poser quelques questions… Pour commencer, aimez-vous aller à des dédicaces ? Pourquoi ?

Pour ma part, j’aime participer à des dédicaces car c’est l’occasion de rencontrer les auteurs et de pouvoir échanger avec eux. Le livre dédicacé est comme un souvenir de ce moment passé avec l’auteur. Certes, ce n’est pas toujours facile de pouvoir discuter avec les auteurs pour différentes raisons mais au moins la dédicace permet de garder une trace de l’instant.
Si comme moi vous êtes du genre timide, ce n’est pas facile de parler avec les auteurs. Je ne sais pas vous mais je me demande souvent mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir lui raconter…, est-ce que je ne vais pas passer pour une idiote… Heureusement avec certains auteurs les mots viennent naturellement, avec d’autres il suffit juste de laisser l’auteur parler. Malheureusement avec certains on s’arrête à un bonjour, on peut faire une photo s’il vous plaît, merci, au revoir. Ces dédicaces on souvent bien moins d’importance à mes yeux que les autres.

J’avoue que depuis que je me suis fait un petit badge aux couleurs du blog, ça aide souvent à entamer la conversation. Ce qui peut vraiment aider, surtout quand on a jamais lu l’auteur. Et oui, un autre problème c’est lorsqu’on n’a encore jamais lu de livre de l’auteur, on lui raconte quoi ?

Ce mois-ci c’est un article assez court que je vous propose mais j’espère échanger à ce sujet avec vous dans les commentaires, alors n’hésitez pas.

Réflexion du Jeudi – Les achats de livres

Comme dans chacune de mes réflexions, je ne cherche absolument pas à lancer une polémique concernant les différents lieux où nous pouvons acheter nos livres mais seulement à échanger avec vous concernant vos habitudes et les raisons de celles-ci…

Je suis une lectrice qui aime garder ses livres après les avoir lus, de ce fait, j’emprunte très rarement mes livres et les achète donc généralement.

Lorsque j’emprunte c’est aux copines car je ne suis pas inscrite dans une bibliothèque. Plus jeune, j’empruntais beaucoup au CDI du collège puis du lycée, je m’étais aussi inscrite à la bibliothèque municipale. Le problème de ces trois lieux c’est que généralement les livres qui me faisaient envie je les avais déjà lu ou alors ils n’étaient pas encore présents dans leurs rayons. L’avantage avec les copines c’est qu’elles m’offrent la possibilité de lire des livres qu’elles ont aimé.

Côté achat, j’ai une préférence pour le neuf même si les livres d’occasion ne me dérangent pas.
Généralement, j’achète ces derniers lorsque je les ai déjà lu en numérique mais que j’ai envie de les avoir dans ma bibliothèque. Je me dirige donc vers les bourses aux livres ou les différents magasins d’occasions. Concernant les premières, c’est en compagnie de Ussy82 (qui est une grande fan) que j’y vais et pour les seconds c’est au hasard de mes promenades.
Pour ce qui est des achats de livres de neufs, je n’ai pas vraiment de boutique attitrée. En effet, il m’arrive d’acheter en grande surface lorsque je fais mes courses mais aussi de me rendre dans des magasins spécialisés comme Espace Culturel (puisqu’il est à 15 minutes à pied de chez moi). Par contre, je vais très rarement en librairie indépendante. Oui, je sais ce n’est pas bien… En même temps, il n’y en a qu’une seule dans ma ville et franchement elle n’est pas géniale. Entre la méconnaissance des libraires, l’absence régulière des nouveautés et le prix plus élevé (5% plus cher) mon choix est rapidement fait. Il m’arrive aussi mais de moins en moins depuis plusieurs années, d’acheter sur internet et notamment sur Amazon. Oui, je sais, Amazon c’est le mal… mais je participe à des sondages en ligne et j’utilise des sites de cashback qui permettent de convertir les points et l’argent en bon cadeau Amazon. Ca serait dommage de ne pas en profiter.

Je crois que je vous ai tout dit concernant mes habitudes d’achats de livres. Je vous laisse donc à votre tour me dire où et pourquoi vous achetez à tel ou tel endroit.

Réflexion du Jeudi – Les services presse et partenariats

J’avais prévu d’aborder les services presse et partenariats dans ce rendez-vous mensuel, mais je ne pensais pas le faire ce mois-ci. Pourtant, une aventure toute récente m’a fait ressentir le besoin de le faire maintenant.
Avant de commencer, je tiens à préciser qu’en aucun cas je cherche la polémique mais que ceci est uniquement mon avis. N’hésitez pas à me donner le vôtre mais dans le respect de chacun, s’il vous plaît.

Afin que l’on soit tous d’accord sur les termes employés, je vous précise que partenariat c’est lorsqu’il y a un site internet qui fait le lien entre la maison d’édition (ou l’auteur) et moi tandis qu’un service presse c’est lorsque je suis directement en contact avec la maison d’édition (ou l’auteur).
Pour ceux et celles qui ne connaissent pas le principe, il s’agit dans les deux cas, de recevoir un livre gratuitement en échange d’une chronique. Certains sites, maisons d’édition ou auteurs donne une date butoir (souvent un mois après la réception) pour la publication de la chronique tandis que d’autres nous laissent gérer notre temps comme nous le souhaitons.
Pour ma part, sauf si c’est exigé par l’envoyeur du livre, je m’engage toujours à lire et chroniquer le livre dans le mois qui suit sa réception. Mon deuxième engagement (et cette fois, il est envers vous, visiteurs du blog) c’est de donner mon avis honnêtement et sincèrement. En effet, ce n’est pas parce que le livre m’a été envoyé gracieusement que je vais dire que j’ai eu un coup de cœur alors que cela n’est pas le cas. Bien sûr, si je n’ai pas aimé, je le fais dans le respect de l’auteur et de son travail. Le but pour moi est qu’il n’y ait aucune différence entre la chronique d’un livre acheté et la chronique d’un livre reçu dans le cadre d’un service presse ou d’un partenariat.

J’ai reçu mon premier partenariat grâce à Livraddict, en août 2010. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point j’étais heureuse de voir que ce site ainsi que les éditions Milady me faisaient confiance. Depuis, j’ai eu plusieurs autres partenariats avec ce site mais aussi avec d’autres communautés de lecteurs.
Un an après, en août 2011, les éditions Pocket étaient les premières à me faire confiance en direct, en me proposant la lecture d’épreuves non corrigées d’un livre qui sortirait quelques mois plus tard. Depuis, je travaille avec différentes maisons d’éditions plus ou moins régulièrement. Et oui, les services presse c’est comme tout, ça va, ça vient.
Il faut dire que même si c’est très agréable de recevoir des livres gratuitement, je ne cours pas spécialement après. Ainsi, généralement ce sont les maisons d’édition elles-mêmes qui me contactent et me proposent de travailler ensemble.

Depuis quelques années, avec l’essor de l’autoédition, je suis contactée directement par les auteurs. J’avoue qu’au début, j’acceptais à partir du moment où l’auteur était poli dans sa demande (je vous assure que certaines fois, leur façon de m’aborder ne me donne pas envie de découvrir leurs histoires) et que le résumé me plaisait un minimum (et oui, ce n’est pas parce que le livre est gratuit que je vais lire tout et n’importe quoi, le plaisir doit rester la première motivation). Avec le temps, les demandes ont augmenté ainsi que quelques difficultés, suite à la rédaction de mes chroniques. De ce fait, je suis un peu plus réticente à accepter les services presse des auteurs autoédités.

Je ne pense pas qu’un livre autoédité est moins bon qu’un livre édité par une maison d’édition, je ne pense pas qu’un livre autoédité sera moins bien écrit qu’un livre édité par une maison. Seulement, la relation avec un attaché presse est souvent plus facile qu’avec l’auteur. Il m’est arrivé à plusieurs reprises de recevoir des mails d’auteurs (incorrect voire insultant) qui me demandait soit de retirer ma chronique soit de modifier certains passages car je n’allais pas dans le bon sens. Sincèrement ce genre de choses est vraiment épuisant. Je ne suis pas critique littéraire, je suis juste une passionnée de lecture qui essaye de transmettre sa passion à travers son blog. Alors oui, il peut m’arriver d’être maladroite, il peut m’arriver de ne pas comprendre ce que l’auteur a voulu raconter ou faire passer à travers son livre mais pour autant je pense que les auteurs doivent me respecter. En me contactant, ils connaissent mes engagements et ils m’envoient leur livre en connaissance de cause. Ce genre de problème n’arrive jamais avec les attachés presse. Certes, ils ne sont pas visés directement par la chronique que je rédige c’est donc plus facile pour eux de recevoir une chronique négative ou mitigée mais c’est aussi plus facile pour moi, en tant que blogueuse, de travailler avec eux. Heureusement, tous les auteurs autoédités ne réagissent pas de la même façon mais malheureusement à un moment donné je suis obligée de dire stop et de me protéger aussi.

Je terminerai cet article sur une note positive parce que les partenariats et services presse permettent de recevoir des livres qui nous font de l’œil depuis l’annonce de leur sortie mais ils permettent aussi de faire de très belles découvertes, de lire des auteurs vers lesquels on ne se serait pas forcément tourné sans cette proposition d’envoi gratuit.

Si vous souhaitez découvrir les différentes communautés de lecteurs grâce auxquelles je reçois des partenariats ainsi que les maisons d’édition et les auteurs qui m’ont permis de faire des découvertes livresques, je vous donne rendez-vous sur l’onglet : mes partenaires.