Je ne cours plus qu’après mes rêves – Bruno Combes

Jamais déçue par les livres de l’auteur, je me suis bien évidemment laissée tenter lorsqu’il a été proposé en service presse par la maison d’édition.

Résumé (présentation de l’éditeur) :
Je m’appelle Louane, j’ai dix-huit ans. Ma vie est facile, enfin, je l’ai cru ; je ne me suis jamais vraiment posé la question. Jusqu’au jour où…
Je m’appelle Laurene, j’ai trente-neuf ans. J’ai cherché le bonheur et, en même temps, je l’ai fui dès qu’il s’approchait. Jusqu’au jour où…
Je m’appelle Louise, j’ai soixante-dix-sept ans. Mon existence m’a comblée et a été d’une parfaite tranquillité. Jusqu’au jour où…
Nous ne nous connaissions pas. Rien ne laissait prévoir l’aventure que nous allions partager. Nos vies allaient en être bouleversées.
Trois femmes, trois solitudes, mais un point commun : elles ne veulent plus renoncer à leurs rêves.

Première phrase :
« Je m’appelle Louane, j’ai dix-huit ans. »

Nombre de pages :
Michel Lafon : 392 pages

Mon avis :
Avec ce nouveau roman, Bruno Combes nous embarque dans une histoire d’amitié entre trois femmes. Une amitié totalement improbable pour plusieurs raisons. La première étant qu’elles vivent très éloignées les unes des autres puisque la première vit à Strasbourg, la seconde vit à Bordeaux et enfin la dernière vit à Paris. La seconde raison c’est qu’elles sont à des moments bien différents de leur vie. En effet, la première est à la retraite, la seconde est tout juste majeure tandis que la dernière approche de la quarantaine. Pourtant, le destin va en décider autrement en permettant à leurs routes de se croiser.

Louise est une femme de près de soixante-dix ans atteinte de la maladie d’Alzheimer. Suite au décès de son époux, ses deux enfants décident de la mettre en institution. Louise qui a toujours été une femme indépendante ne supporte pas cette situation. Heureusement pour elle, la vie va lui permettre de croiser la route de Louane, une jeune fille de tout juste dix-huit ans.
Louane se retrouve punie suite à son échec au BAC. Elle va devoir travailler pendant les deux mois d’été au sein d’un institut pour personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer au lieu de partir en vacances avec ses amis. Peu à peu, au fil des longues journées passées à travailler auprès de ces personnes, elle va se lier d’amitié avec Louise. Elle ira même jusqu’à la considérer comme sa grand-mère.
Laurène s’est toujours concentrée sur sa carrière. A à peine quarante ans, elle est DRH pour un grand laboratoire pharmaceutique, elle gagne très bien sa vie, elle a plein d’amis, sort beaucoup… Pourtant la dernière mission confiée par son chef et les retrouvailles avec une ancienne connaissance viennent remettre en cause toute sa vie.

Tout au long des pages de ce roman, on voit les trois femmes évoluer et se remettre en question. On ressent leur recherche du bonheur. Et oui, elles sont arrivées à la conclusion que la situation actuelle ne les rend pas heureuse. Cette recherche du bonheur, cette envie de réaliser leurs rêves, ce besoin de s’émanciper de leurs familles va les mener sur un chemin douloureux mais aussi salvateur pour leur avenir.

La plume de l’auteur est tout simplement magnifique. J’ai eu l’impression de faire partir du trio, de vivre leurs aventures avec elles, de me questionner moi aussi sur mes envies, sur mes rêves, sur les limites que je m’impose à moi-même.
J’ai beaucoup aimé le fait que chaque chapitre commence à une introduction un peu philosophique, poétique en lien avec le titre et l’histoire de celui-ci.

En bref :
Avec Je ne cours plus qu’après mes rêves, Bruno Combes nous entraîne dans une histoire d’amitié entre trois femmes qui sont à la recherche du bonheur. Les questionnements des héroïnes sont tellement réalistes qu’on ne peut pas s’empêcher de se poser les mêmes questions et de courir à notre tour après nos rêves. Je pense pouvoir vous dire que le coup de cœur n’est pas passé loin.

Le moins :
Je dois dire que je n’en vois pas.

Le plus :
La plume de l’auteur qui est magnifique.

L’auteur (présentation de l’éditeur) :

Bruno Combes a publié chez Michel Lafon Seulement si tu en as envie…, Ce que je n’oserai jamais te dire…, et Parce que c’était toi… Dans ce nouveau roman, il aborde avec un talent subtil un sujet qui nous concerne tous : le choix de notre propre destin.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller faire un tour sur :
sa chaîne Youtube
sa page Facebook
son instagram
son site internet
son twitter

D’autres livres de l’auteure que j’ai lus :
Seulement si tu en as envie…
Ce que je n’oserai jamais te dire…
Parce que c’était toi
Le secret de la montagne noire, tome 1 : Les amants de la bergerie

La maison d’édition :

Créées en 1980, les éditions Michel Lafon ont un catalogue très diversifié. Elles sont distribuées en France mais aussi dans les pays francophones. On peut trouver leurs livres en grandes surfaces ainsi qu’en librairie.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :
la chaîne Youtube
la page Facebook
le profil Instagram
le site internet
le twitter

Pour découvrir d’autres avis sur ce livre, je vous donne rendez-vous chez :


Merci à Camille et aux éditions Michel Lafon pour leur confiance et l’intérêt qu’elles portent à mon blog.

2 réflexions sur “Je ne cours plus qu’après mes rêves – Bruno Combes

Et si on discutait ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.