La théorie de la tartine – Titiou Lecoq

Acheté à Livre Paris 2015, j’ai enfin pris le temps de découvrir ce livre.

Résumé (présentation de l’éditeur) :
En 2006, lorsque Marianne découvre sur le net une sextape postée par son ex, elle ne trouve pour l’aider qu’un hacker immature et un journaliste visionnaire qui croit qu’Internet va transformer le monde.
Dix ans et les chocs de la jeunesse (enfants, travail, amours) plus tard, que deviennent notre ex-étudiante blogueuse, le jeune pirate et l’homme de presse idéaliste ? Internet a tout bousculé…

Première phrase :
« Le vendredi 18 août 2006, vers 23 heures, Christophe Gonnet, 32 était avachi en sweat et caleçon sur le canapé-lit ouvert, son ordinateur portable posé sur un coussin lui-même installé sur ses cuisses. »

Nombre de pages :
Au diable vauvert : 440 pages

Mon avis :
J’aime beaucoup les romans qui ont un lien avec Internet. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle (en plus du fait que j’avais déjà beaucoup aimé Les morues de la même auteure) j’ai acheté ce livre.

Avec La théorie de la tartine on voit l’évolution, en une dizaine d’années, d’Internet grâce au quotidien de Christophe, Paul et Marianne. Le premier est un journaliste web, le second un hacker et la troisième une jeune femme qui apprécie passer du temps sur Internet. C’est une sextape qui va les mettre en relation, qui va leur permettre de développer une amitié pas comme les autres puisque même si ils se voient en face à face, ils passent la majeure partie du temps à échanger via les réseaux.
Tout commence en 2006 où l’utilisation d’Internet n’est pas encore hyper répandue, où il est encore possible de faire plein de choses sans forcément passer par ce biais puis nous arrivons en 2015 où l’utilisation d’Internet est hyper démocratisée et qu’il est vraiment difficile de vivre sans. En 9 ans, il n’y a pas que Internet qui a évolué : la vie de nos trois personnages a elle aussi changé mais leur relation amicale est toujours là.

Avec ce roman passionnant, Titiou Lecoq nous montre la place que prend Internet dans nos vies, ce que ça nous apporte mais aussi ce que ça nous prend. Ce qui se passe avec Internet n’est pas si différent de ce qui se passe dans nos vies. Même si on se sent protégé derrière nos écrans, le virtuel peut toujours nous rattraper. L’auteure ne s’intéresse pas uniquement à Internet. Ce sujet est l’excuse parfaite pour parler de notre société, de nos relations avec les autres… Christophe, Paul et Marianne c’est un peu de moi, un peu de vous, un peu de chaque personne qui vit dans notre monde.

J’aime la plume de Titiou Lecoq, j’aime l’analyse qu’elle fait de notre monde. Les pages de ce livre se sont tournées toutes seules sans que je ne m’en rende compte tellement j’étais happée par cette histoire qui sonne tellement vraie malgré les aventures assez étonnantes que vivent parfois nos trois personnages principaux.

En bref :
Avec La théorie de la tartine, Titiou Lecoq nous livre une analyse romancée de la société d’aujourd’hui. Internet sert de prétexte pour parler de nos relations avec les autres et de la place que prend le travail dans nos vies. Une lecture qui sonne vraie et qui m’a permis de passer un excellent moment.

Le moins :
J’aurais aimé suivre les personnages pendant les neuf ans et ne pas faire un bon dans le temps.

Le plus :
L’analyse de la société proposée par l’auteure.

L’auteure (présentation de l’éditeur) :

Née en 1980, Titiou Lecoq débute sa carrière littéraire en 1988 en réécrivant la fin des romans de la Comtesse de Ségur. Elle passe ensuite de nombreuses années à boire du café et à étudier la sémiotique avant de se mettre à la recherche d’un vrai travail. Gardienne d’immeuble, hôtesse d’accueil, secrétaire, banquière, assistante d’éducation, agent à l’ANPE. Finalement, elle devient journaliste pigiste pour divers magazines et ouvre un blog qui croise les thèmes de l’internet, du sexe et des chatons.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller faire un tour sur :
son blog
sa page Facebook
son twitter

La maison d’édition :

Maison d’édition indépendante, pop et urbaine mais installée en Camargue entre marais et costières (à Vauvert dans le Gard !). Créée par Marion Mazauric en l’an 2000, Au diable vauvert a publié 350 titres et vendu plus d’un million d’exemplaires en quinze ans, principalement en littérature française et étrangère, en jeunesse, mais aussi en poésie, histoire culturelle, écologie et territoire.
Publiant l’oeuvre d’écrivains comme Ayerdhal, Pierre Bordage, Paolo Bacigalupi, Julien Blanc-Gras, Poppy Z.Brite, Douglas Coupland, Jean-Paul Didierlaurent, Neil Gaiman, Thomas Gunzig, John King, Titiou Lecoq, Dan O’Brien, Oxmo Puccino, Nicolas Rey, Régis de Sà Moreira, David Foster Wallace, Irvine Welsh… le Diable prend le parti d’une littérature d’aujourd’hui, vivante et nourrie de pop-cultures, réaliste et perméable au monde. Née de la diversité de nos influences.
Allez au Diable, goûter ses libertés et ses irrévérences !

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :
la page Facebook
le site internet
le twitter

Pour découvrir d’autres avis sur ce livre, je vous donne rendez-vous chez :

Publicités

Une réflexion sur “La théorie de la tartine – Titiou Lecoq

  1. Pingback: Récap’ de la semaine – 25 décembre 2017 – 7 janvier 2017 | Les lectures de Blandine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s