Portrait chinois – Marie Lerouge

Qui dit reprise du rythme du blog dit retour du portrait chinois. Je suis très contente d’accueillir ce mois-ci Marie Lerouge. C’est une auteure de romance que j’apprécie vraiment beaucoup. Si vous ne connaissez pas sa plume, n’hésitez pas à lire mes chroniques sur ses différents livres notamment sur Happy solo que j’ai chroniqué au début du mois.
Allons en apprendre plus sur cette auteure…

Portrait chinois de Marie Lerouge :

Si vous étiez un écrivain ?

Il y en a tant. Mais je vais tricher un peu en choisissant une épistolière : Madame de Sévigné. Pour son regard affûté sur les événements et les rapports humains et son art de les raconter avec humour. Elle aurait fait une formidable journaliste.

Si vous étiez un roman ?

« L’amant » de Marguerite Duras (que j’aurais pu choisir à la place de la comtesse de Sévigné). L’un des plus puissants romans d’amour selon moi, et qui se déroule dans le cadre d’un pays qui me fascine, le Vietnam (l’Indochine à l’époque du récit). Je suis une inconditionnelle de Duras, de son style concis et unique et de son univers.

Si vous étiez un genre littéraire ?
La romance, what else ?

Si vous étiez un héros de littérature ?
La Scarlett « D’autant en emporte le vent » sans hésitation. Y a-t-il une héroïne plus romantique qu’elle dans la littérature ?

Si vous étiez une ponctuation ?

Les trois points de suspension … pour leur part de sous-entendus et de mystère. Pour leur ouverture sur autre chose.

Si vous étiez une langue ?
Le russe ! Pour avoir commencé à l’apprendre quand je vivais en Russie, je sais à quel point cette langue est difficile et j’aime sa musicalité. Pour moi, elle est, avec le portugais des Brésiliens, une langue faite pour prononcer des mots d’amour.

Si vous étiez un conte de fée ?

La belle au bois dormant ! Se réveiller sous le baiser d’un prince charmant, n’est-ce pas le rêve inavoué de beaucoup de femmes ?

Si vous étiez une couverture de livre ?

Sans réfléchir, une couverture ancienne du « Docteur Jivago » en livre de poche illustrée par les visages en gros plan de Jivago et de Lara dans la peau des acteurs du film. Encore une histoire d’amour, tragique celle-là, romantique à souhait et tellement russe avec les débordements, les excès et les drames que ça implique ! Pour la petite histoire, j’ai eu la chance de visiter la maison dans laquelle Boris Pasternak a écrit son chef-d’œuvre.

Si vous étiez une maison d’édition ?

Pour ne pas citer les miennes, je choisis Zulma pour le graphisme géométrique de ses couvertures colorées qui attirent l’œil et pour ses choix éditoriaux qui privilégient les auteurs étrangers à l’univers un tantinet surréaliste comme je les aime.

Si vous étiez un accessoire de lecture ?
Une tasse de très bon thé parfumé de marque Kusmi en raison de la variété de leurs goûts, du graphisme de leurs boîtes et de l’origine russe de la marque.

Donnez-nous envie de découvrir votre plume, votre univers…
Mon univers est résolument contemporain et romantique. J’aime évoquer le sentiment amoureux sous toutes ses formes. C’est pourquoi mes personnages secondaires vivent aussi des histoires d’amour en parallèle. Pour le cadre de mes romances, je choisis des lieux que je connais bien comme Paris par exemple ou la Bretagne qui est ma région de cœur. Sinon j’aime faire voyager mes lecteurs dans des pays ou des villes où je suis passée comme Lisbonne, les Etats-Unis, la Russie… Pour finir, j’aime que mes personnages aient cette différence qui les rend plus intéressants à mes yeux et j’espère à ceux du lecteur. Comme Simon par exemple, héros du Choix de Pénélope, Tyfenn, l’héroïne de Sur la plage, m’abandonner, ou Clara dans La valse des sentiments. À travers eux j’essaie à ma modeste échelle de faire passer un message de tolérance et de respect des différences.
Autre aspect important de mes histoires : l’humour que beaucoup de mes personnages pratiquent à haute dose car pour moi, c’est un aspect essentiel de la séduction.
Dans « Happy Solo », mon dernier livre (Collection Coton chez Nisha Editions), j’ai poussé ce trait au maximum en plaçant mes personnages un brin déjantés dans des situations rocambolesques. Pour la première fois, je me suis lâchée et j’espère qu’on rira beaucoup des aventures de Laure et de Gaspard le manchot.

Si certains d’entre vous (que vous soyez auteur, blogueur ou lecteur) ont envie de participer à ce rendez-vous mensuel, n’hésitez pas à me contacter par mail ou sur Facebook.

Publicités

3 réflexions sur “Portrait chinois – Marie Lerouge

  1. Pingback: Récap’ de la semaine – 16 octobre 2017 – 22 octobre 2017 | Les lectures de Blandine

Et si on discutait ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.