La femme de papier – Françoise Rey

Ma première rencontre avec l’auteure n’avait pas été très concluante, la seconde m’ayant un peu plus charmé, je me suis lancée dans la lecture de ce troisième livre afin de me faire un avis final. Le résultat n’est pas génial, je ne pense pas que les écrits de Françoise Rey soient faits pour moi.

La femme de papier

Résumé (présentation de l’éditeur) :
Renvoyée à sa plume après une fulgurante et torride liaison, une femme écrit à son amant. « Le cœur tendre, le ventre désœuvré », elle effeuille l’album de leurs souvenirs, de leurs folies. Avec les vrais mots de l’impudeur, elle invite le lecteur éberlué à la suivre dans un voyage mouvementé au bout de la sensualité… De son compagnon, nous ne connaîtrons que deux couleurs : le jaune de ses yeux et le vert de son pull… Mais nous découvrirons vite ses caprices et ses fantasmes auxquels elle se soumet, tout en laissant parler son propre corps. Jamais une femme n’est allée aussi loin dans l’évocation de sa vie érotique.

Première phrase :
« J’étais en ce temps-là une maîtresse timorée, et toi un amant conventionnel, hâtif trop souvent, et trop souvent imbu de ce rôle que tu croyais ton privilège : celui de dispensateur de plaisirs sans cesse renouvelés. »

Nombre de pages :
Pocket : 170 pages

Mon avis :
Ceux et celles qui viennent plus ou moins régulièrement sur le blog le savent, j’aime lire de temps à autre une lecture érotique. Une chose est importante pour moi dans ces livres et ce n’est pas le nombre de scènes érotiques qui s’y trouvent. C’est avant tout la relation entre les deux personnages, leurs ressentis, leurs émotions… C’est ce qui les rend humains et réels.
Malheureusement, dans ce roman, l’auteure n’offre qu’une succession de scènes de sexe qui, pour ma part, sont plus pornographiques que érotiques. En effet, la narratrice et personnage principal nous raconte dans les moindres détails, les moments de plaisirs avec son compagnon qui sont, pour elle, les plus marquants de leur relation. Nous ne savons rien d’eux hormis qu’ils prennent du plaisir parfois (souvent même) dans la douleur, dans l’humiliation, d’autres fois dans l’exhibitionnisme ou encore dans le partage de l’autre.

Hormis le fait que ce livre soit plus pornographique que érotique, j’ai été dérangée par le sentiment d’être dans le rôle du voyeur. J’avais le sentiment de faire partie intégrate des jeux sexuels des personnages en les regardant. Je pense que ce sentiment a été amplifié par le fait que la narratrice s’adresse à son compagnon de jeux par écrit. Elle lui remémore les moments qu’ils ont vécus ensemble. Ce n’est pas le genre de lettre qu’un inconnu (le lecteur) devrait lire.

La plume de Françoise Rey aurait pu être agréable à lire si cela avait été moins cru. Par contre, les répétitions sont un peu trop nombreuses à mon goût dans un si petit livre. Dans un sens heureusement qu’il ne faisait pas plus de pages car je pense que je l’aurais abandonné. J’avoue que j’ai lu en diagonale le dernier chapitre et l’épilogue, chose qui m’arrive très rarement voire jamais.

En bref :
La femme de papier n’est absolument pas un livre pour moi. Plus pornographique que érotique, ce roman m’a donné l’impression d’être dans le rôle du voyeur, de lire un récit qui ne m’était pas destiné.

Le moins :
L’absence de sentiments.

Le plus :
J’ai bon réfléchir, je ne vois pas. Ce livre a été entièrement une déception pour moi.

L’auteure (présentation de l’éditeur) :
Françoise Rey
D’origine italienne par sa mère, Françoise Rey est née en 1951 dans un petit village de l’Isère. Après une enfance et une adolescence grenobloises, elle suit des études de lettres et réussit le concours du CAPES. Professeur de lycée en Vendée puis dans le Beaujolais, c’est en 1989 que François publie La femme de papier. Salué par la critique, ce premier roman connaît immédiatement un grand succès en France comme à l’étranger. Des œuvres comme La rencontre en 1993, Nuits d’encre en 1994, ou Le gourgandin en 1996 la consacreront « spécialiste du roman érotique de mœurs ». Mariée, mère de trois enfants, Françoise Rey est actuellement professeur dans un petit collège de campagne où elle continue à exercer ce qui reste sa véritable passion, l’enseignement.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller faire un tour sur :
son site internet

La maison d’édition :
Pocket
Créé en 1962 sous le nom de Presses Pocket, Pocket est un éditeur généraliste de littérature au format poche dont les collections couvrent tous les genres de la fiction et de la non-fiction.
Éditeur généraliste, Pocket publie de nombreux best-sellers en littérature comme en thrillers, ou encore en policiers.
Pocket propose également des auteurs qui rencontrent un public de plus en plus large à chacune de leurs nouvelles publications, que ce soit en littérature avec les livres de Françoise Bourdin, Romain Sardou, Jean Teulé, ou en policiers-thrillers avec John Connolly, Steve Berry, Franck Thilliez, Raymond Khoury, Kathy Reichs, Katherine Neville, Gilda Piersanti, Patrick Graham.
En Science-Fiction et en Fantasy, Pocket publie entre autres J.R.R. Tolkien, Dan Simmons, Frank Herbert, Marion Zimmer Bradley, Isaac Asimov, Anne McCaffrey.
Pocket publie également des textes majeurs en sciences humaines, notamment dans ses deux collections : « Agora » – dirigée par François Laurent – qui présente des documents et essais comme ceux d’Hannah Arendt, Max Weber ou Norbert Elias et « Terre humaine Poche » – dirigée par Jean Malaurie – qui réédite des auteurs comme Claude Lévi-Strauss, Georges Condominas.
Les amateurs de « Spiritualité » trouveront chez Pocket une collection dédiée avec notamment des textes du Dalaï-Lama, de l’Abbé Pierre ou de Pema Chödrön.
Dans le domaine psycho-pratiques,Pocket publie La méthode simple pour arrêter de fumer d’Allen Carr ou encore AntiCancer de David Servan-Schreiber. Les ouvrages publiés dans cette collection proposent des solutions pour surmonter les difficultés du quotidien.
Enfin, Pocket propose de (re)découvrir des textes classiques avec « Pocket Classiques » (ouvrages augmentés d’un dossier pédagogique) ou Pocket à 1,50 € (texte intégral).

Pour en savoir plus, rendez-vous sur :
la page Facebook
le site internet

Pour découvrir d’autres avis sur ce livre, je vous donne rendez-vous chez :

D'autres avis

Booknode

babelio

Advertisements

Une réflexion sur “La femme de papier – Françoise Rey

  1. Pingback: Août 2015 | Les lectures de Blandine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s